Description

 

Pour les médecins, il y a constipation lorsque l’on va à la selle moins de trois fois par semaine sur plusieurs semaines ou mois.
Aussi si les selles sont dures, sèches et difficiles à être évacuées, l’on parle de constipation.
La constipation touche presque tout le monde à un moment donné, surtout les adultes et plus particulièrement les femmes.
On l’observe aussi chez les bébés, surtout ceux qui sont nourris au biberon.
Une grossesse, un accouchement et une intervention chirurgicale sont des évènements qui peuvent aussi favoriser la constipation.

Causes

Deux mécanismes sont le plus souvent en cause :
Le gros intestin se contracte peu ou mal et les selles progressent lentement ;
Les selles sont « désséchées » : la paroi du côlon qui a pour fonction de réabsorber l’eau présente dans les matières fécales n’arrive pas à le faire en raison d’une absence d’hydratation régulière et suffisante. Cette réabsorption d’eau dans le gros intestin peut conduire à la formation de selles dures et sèches plus difficiles à éliminer.

Certains facteurs peuvent favoriser la constipation :
• un régime alimentaire faible en fibres ;
• l’ingestion insuffisante de liquides ;
• le manque d’exercice physique ;
• la retenue des selles quand l’envie d’aller aux toilettes se fait sentir ;
• un changement dans la routine quotidienne, comme un voyage ;
• un changement de la vie, comme une grossesse ;
• le vieillissement ;
• une affection chronique ;
• l’entrée en convalescence après une intervention chirurgicale ;
• la prise de certains médicaments.

Plusieurs types de médicaments peuvent favoriser la constipation. Par exemple, une grande partie des personnes qui utilisent des médicaments contre la douleur (narcotiques ou opiacés) après une opération ou autres raisons, deviennent constipées.
Parmi les autres médicaments susceptibles de déclencher la constipation, on distingue :
• les antagonistes du calcium,
• les antiacides qui renferment de l’aluminium,
• les anticholinergiques,
• les anticonvulsivants utilisés pour maîtriser les crises d’épilepsie,
• les antidépresseurs,
• les antiparkinsoniens,
• les antipsychotiques,
• les antispasmodiques,
• les diurétiques,
• les tranquillisants,
• les suppléments de fer.

 

Traitement et Prévention

La meilleure façon de prendre en charge la constipation, c’est de l’éviter. Un grand nombre de mesures préventives vous permettent d’atteindre cet objectif.
La consommation de liquides (eau, thé…) entre 1,5 et 2 litres d’eau par jour contribue au bon fonctionnement de l’intestin.
Une saine hygiène de vie consistant à manger à des horaires réguliers, prendre son temps à table et à ne pas se retenir d’aller aux toilettes est importante pour un bon fonctionnement de l’intestin.
L’instauration d’une routine quotidienne vous permettra d’aller à la selle régulièrement. Étant donné que le besoin de déféquer se manifeste habituellement au lever, ou après le petit déjeuner, efforcez-vous de réserver une tranche de temps suffisante et ininterrompue à votre défécation durant cette période optimale de la journée.
Une activité physique régulière aide à stimuler les contractions de l’intestin et par conséquent l’évacuation des selles. Marcher pendant 30 minutes quotidiennement aide énormément à améliorer les transits.
Des laxatifs seront utilisés dans le cadre du traitement de la constipation. Cependant leur utilisation devra être ponctuelle et il faudra plutôt privilégier une hygiène de vie saine.

• Les laxatifs osmotiques permettent de ramollir le bol fécal en “attirant” de l’eau vers les selles. Certains laxatifs utilisés par voie locale ont également pour effet de favoriser la production de gaz : ceci entraine une augmentation de la pression au niveau de la paroi du rectum qui favorise le réflexe d’exonération des selles.

• Les laxatifs émollients (huile de paraffine), qui ramollissent les selles et lubrifient le contenu colique.

• Les laxatifs stimulants agissent sur la musculature de l’intestin et stimulent la sécrétion d’eau et d’électrolytes.

• Les laxatifs irritants agissent sur la paroi et augmentent les contractions du tube digestif. Ils sont donc à éviter.

 

Pour consulter notre dossier sur tous les troubles de la digestion, cliquez ici.

 

Cliquez ici pour consulter tous nos thèmes Santé.