Description

L’asthme est une maladie pulmonaire qui frappe les voies respiratoires (tubes bronchiques), à l’intérieur de vos poumons, et fait enfler les tissus qui recouvrent les voies respiratoires, lesquelles se rétrécissent ce qui rend la respiration difficile. Les symptômes associés à l’asthme (toux, respiration sifflante et essoufflement) sont le résultat de ce rétrécissement des voies respiratoires.

Causes

Plusieurs facteurs peuvent « déclencher » les symptômes d’asthme. On appelle ces facteurs des déclencheurs.
Chacun a ses propres déclencheurs de l’asthme, mais les suivants sont courants :

  • allergènes (substances qui déclenchent des allergies en causant une réaction immunitaire) ;
  • moisissure, pollen, phanères d’animaux, coquerelles, acariens de la poussière (mites) ;
  • irritants (ne font pas intervenir le système immunitaire) : tabagisme, fumée secondaire, odeurs fortes, comme les vapeurs de peinture, air froid, pollution de l’air, humidité ;
  • infections virales ;
  • activité physique;
  • stress ;
  • reflux gastro-œsophagien ;
  • certains médicaments.

Diagnostic

Dans la plupart des cas, il est difficile de diagnostiquer l’asthme, étant donné que ses symptômes ressemblent souvent à ceux d’autres affections respiratoires ou d’une maladie cardiaque. Aussi, il est possible de passer des semaines ou des mois sans aucun symptôme d’asthme.

Le diagnostic se fonde généralement sur la description des symptômes, l’ensemble des antécédents médicaux, un examen physique et le résultat de certaines épreuves de laboratoires.
On compte parmi les épreuves diagnostiques :

L’exploration fonctionnelle respiratoire qui représente une série d’épreuves servant à mesurer la fonction respiratoire.
La radiographie pulmonaire peut permettre d’exclure d’autres maladies.
L’analyse sanguine connue sous le nom de gazométrie du sang artériel pour en mesurer le taux d’oxygène.
Aussi, le médecin peut demander la réalisation de tests d’allergie cutanée en même temps que des tests de dépistage des anticorps s’il croit qu’un allergène cause l’asthme.

 

Traitement et Prévention

Lors de la crise d’asthme, les bronches se rétrécissent et la respiration devient difficile. Face à cette situation d’urgence, les traitements sont plus souvent administrés par voie inhalée. Agissant ainsi plus rapidement, les bronchodilatateurs permettent d’apporter un soulagement immédiat.

La prise d’un antihistaminique va aussi agir sur le terrain allergique de l’asthme.
Il existe également des formulations associant un corticoïde inhalé et un bronchodilatateur bêta2 stimulant de longue durée d’action pour le traitement de fond de l’asthme persistant.

En cas de crise grave, des corticoïdes par voie orale ou sous-cutanée peuvent également être prescrits.
Dans tous les cas, seul le médecin peut décider quel traitement est adapté à chaque cas.

 

Prévention

L’inhalation d’une substance allergisante, d’une particule virale ou chimique ou même un facteur physique voire psychologique peuvent être à l’origine d’une crise d’asthme. Chaque malade doit connaître les éléments déclencheurs pour éviter leur contact et améliorer sa prise en charge.
Revue de détails (non exhaustive) des ennemis de vos bronches.

  • Les allergènes tels les blattes (cafards), les animaux domestiques (chiens, chats, lapins, hamster etc…), les acariens animaux microscopiques présents dans la poussière, se trouvant dans la literie, les peluches, la moquette… ;
  • Les polluants extérieurs, la pollution automobile ;
  • Le tabagisme passif ;
  • Le reflux gastro-œsophagien ;
  • Les changements de condition météorologique ;
  • L’asthme d’effort qui survient généralement après un effort physique intense généralement chez les plus jeunes ;
  • Le stress ou les émotions fortes ;
  • Des infections respiratoires ;
  • L’aspirine qui généralement touche plus les asthmatiques adultes;
  • Les facteurs hormonaux, à l’approche des règles certaines femmes présentent plus de crises d’asthme.

Cliquez ici pour consulter tous nos thèmes Santé.