Description

Les hémorroïdes sont provoquées par la dilatation anormale de veines situées au niveau de l’anus et du rectum. Elles peuvent être internes ou externes.
Il est normal que les veines de la région anale se gonflent légèrement au moment de la défécation. Mais contrairement aux veines normales, les hémorroïdes restent dilatées en permanence.

On distingue deux types d’hémorroïdes.

Les hémorroïdes externes apparaissent sous la peau à l’orifice de l’anus. Elles peuvent causer une enflure dans la région. Elles sont plus sensibles que les hémorroïdes internes, car il y a plus de fibres nerveuses sensitives dans cette région.

Les hémorroïdes internes se forment dans l’anus ou la partie inférieure du rectum. Elles forment une petite protubérance. Elles sont classées en fonction de leur stade d’évolution. Si rien n’est fait pour stopper leur évolution, elles progressent d’un degré à l’autre.

Premier degré. L’hémorroïde demeure à l’intérieur de l’anus.
Deuxième degré. L’hémorroïde sort de l’anus pendant la défécation et revient en position normale à l’arrêt de l’effort.
Troisième degré. L’hémorroïde doit être replacée délicatement avec les doigts après défécation.
Quatrième degré. L’hémorroïde ne peut être replacée à l’intérieur de l’anus.

 

Causes

Les hémorroïdes sont provoquées par une pression constante ou répétée sur les veines rectales ou anales. Cette pression est généralement due à des efforts de défécation intenses et prolongées.

Certains facteurs peuvent également accroître les risque d’hémorroïdes, notamment la constipation, la diarrhée, le fait de soulever des objets lourds, une mauvaise posture, une station assise prolongée, une grossesse, une alimentation à faible teneur en fibre, l’obésité…

 

Symptômes

Les hémorroïdes entraînent souvent des démangeaisons, une sensation de brûlure ou un saignement et elles peuvent être douloureuses, enflammées et enflées. Elles sont la cause la plus fréquente d’un saignement durant la défécation.

L’émission indolore d’une petite quantité de sang rouge très vif, immédiatement après une selle, est un signe d’hémorroïde interne, car le sang ne se mélange pas aux selles. S’il ne s’agit que d’un petit saignement, ce n’est pas un gros problème. Si c’est votre premier saignement, consultez votre médecin pour qu’il vous confirme qu’il s’agit bien d’hémorroïdes. Si le saignement continue, consultez votre médecin, car la perte constante de sang peut mener à une anémie (un volume insuffisant d’oxygène atteindra les tissus en raison d’un manque de sang ou de fer).

Il est recommandé de consulter un médecin sans tarder en cas de saignement anal, même s’il est peu intense. Ce symptôme peut être le signe d’un autre type d’affection de la région anale ou d’un problème de santé plus grave.

 

Traitement et Prévention

Les mesures d’hygiène et de diététique

Il faut adopter une hygiène de vie régulière et éviter les excès.
Une alimentation à forte teneur en fibres et la consommation de grandes quantités d’eau permettent de traiter les hémorroïdes internes de stade I et les hémorroïdes externes indolores. Ces mesures amollissent les selles et réduisent la constipation et l’intensité des efforts. Elles réduisent également l’inflammation des veines.

En cas de démangeaisons de l’anus il faut remplacer le papier hygiénique habituel par du coton imbibé de lotion à base d’huile d’amande douce.

Les médicaments

Les veinotoniques sont utiles au cours des poussées aiguës bien que la maladie hémorroïdaire ne soit pas à proprement parler une maladie veineuse. Les traitements locaux (pommades, crèmes, suppositoires) et certains onguents sont très efficaces pour atténuer la douleur et l’inflammation dans la région de l’anus.

Parmi ceux-ci, on retrouve des préparations hémorroïdales topiques contenant des analgésiques locaux aux propriétés apaisantes. Votre pharmacien peut vous aider à choisir une application topique appropriée.

Parmi les médicaments délivrés sur ordonnance, on compte les crèmes anti-inflammatoires à base de cortisone.
Le recours à un produit qui amollit les selles, ou en accroît le volume, ainsi que des bains de siège de 15 minutes effectués 3 ou 4 fois par jour peuvent également être utiles. Un bain de siège consiste à remplir un contenant d’eau chaude installé sur le siège des toilettes. Des compresses froides suivies de compresses chaudes dans la région touchée peuvent aider à dissoudre les caillots sanguins s’il s’agit d’hémorroïdes externes.

Quand les hémorroïdes sont plus graves, l’intervention d’un médecin peut être nécessaire.

Une hémorroïdectomie

est un type d’intervention chirurgicale pratiquée sous anesthésie générale qui permet l’ablation totale des hémorroïdes internes. Elle n’est réservée qu’aux cas graves.

La médecine moderne utilise de nouvelles techniques :

La photocoagulation

qui utilise une sonde infrarouge. Elle s’effectue en zone sus-hémorroïdaire et provoque une coagulation vasculaire et une sclérose sous-muqueuse cicatricielle.

Les ligatures élastiques

consistent à placer un anneau élastique à la base du paquet hémorroïdaire, en zone sus-hémorroïdaire, grâce à un appareillage permettant une aspiration de la muqueuse.

La cryothérapie

consiste à provoquer une congélation du tissu hémorroïdaire qui ensuite se nécrose au moyen d’une sonde parcourue par du protoxyde d’azote. Généralement associée aux ligatures, elle semble en augmenter l’efficacité.

Voici quelques conseils concernant la prévention des hémorroïdes.
• allez à la selle dès que le besoin s’en fait sentir pour éviter que les selles ne durcissent;
• évitez les efforts intenses pour déféquer et ne restez pas assis sur le siège des toilettes pendant trop longtemps;
• buvez au moins 8 verres d’eau par jour;
• consommez des aliments à forte teneur en fibres, par exemple des produits faits de grains entiers, des légumes et des fruits frais – plus particulièrement des pruneaux et du son;
• faites beaucoup d’exercice et ne restez pas assis pendant trop longtemps. Essayez d’aller faire de petites promenades;
• perdez le poids excédentaire.

 

Pour consulter notre dossier sur tous les troubles de la digestion, cliquez ici.

 

Cliquez ici pour consulter tous nos thèmes Santé.