Description

L’incontinence n’est pas une maladie, mais bien un symptôme d’un problème de santé sous-jacent. Négligé, il peut mener à un isolement, à une stigmatisation, à des sentiments de malaise et même de dépression.

On parle d’incontinence urinaire lorsqu’il y a perte du contrôle de vessie. Si vous avez des fuites urinaires quand vous riez, toussez ou éternuez, ou encore si ressentez un besoin subit et impératif de vous rendre aux toilettes, vous souffrez d’incontinence urinaire. C’est malheureusement un trouble très courant.

Causes

Les urines se forment dans les reins et s’accumulent dans la vessie pour être ensuite évacuées.
De nombreux facteurs peuvent causer une perte du contrôle de la vessie (ou incontinence) passagère ou permanente.

Une incontinence passagère peut être créée par :
la constipation ;
• des infections des voies urinaires ;
• une consommation d’alcool immodérée ;
• l’ingestion d’une grande quantité de boissons ou de liquides susceptibles d’irriter la vessie, comme des boissons gazeuses, des boissons contenant de la caféine, des agrumes, et du jus d’agrumes, des édulcorants artificiels, du thé et du café décaféinés ;
• des médicaments, notamment ceux utilisés dans le traitement du rhume banal, des allergies, d’une dépression, de la douleur, de la pression artérielle ou de troubles cardiaques ; les pilules qui augmentent l’excrétion de l’urine (les diurétiques) ; les décongestionnants et les relaxants musculaires.

Une incontinence permanente peut être causée par :

• un muscle vésical hyperactif ;
• une occlusion des voies urinaires, peut-être par des calculs vésicaux ;
• une faiblesse des muscles du plancher pelvien ;
• une faiblesse du sphincter urinaire (la valve qui contrôle l’écoulement de l’urine) ;
• un accident vasculaire cérébral ;
• un cancer de la vessie ;
• la sclérose en plaques ;
• la maladie de Parkinson ;
• une tumeur au cerveau ;
• des lésions de la moelle épinière ;
• une cystite interstitielle (le syndrome douloureux vésical) ;
• des affections et des lésions qui influent sur votre système nerveux et vos muscles, comme un diabète ;
• une mobilité médiocre qui rend difficiles les déplacements aux toilettes, et leur emploi.

Les causes de l’incontinence féminine comportent :

• des infections vaginales ou une irritation ;
• une grossesse et un accouchement ;
• un déséquilibre hormonal après la ménopause ;
• une hystérectomie.

Les causes de l’incontinence masculine comportent :

• une prostate enflammée en raison d’une prostatite, et une hypertrophie bénigne de la prostate ou HBP (une augmentation du volume de la prostate) ;
• un cancer de la prostate et les traitements indiqués pour un cancer de la prostate, notamment la radiothérapie et une intervention chirurgicale.

Facteurs de risque

• Une surcharge pondérale, et particulièrement l’obésité (un IMC de 30 kg/m² ou plus) cause une pression constante sur votre vessie et les muscles qui l’entourent. C’est ce qui favorise les fuites d’urine, par exemple quand vous toussez ou éternuez.

• Le tabagisme accroît le risque d’incontinence parce que c’est une activité susceptible de provoquer une toux chronique qui engendrera à son tour une pression sur le sphincter urinaire. Le tabagisme peut aussi entraîner une hyperactivité de la vessie en raison des effets irritants de la nicotine sur la paroi de la vessie.

• La consommation de caféine et d’alcool accroît le risque d’incontinence parce que ce sont des diurétiques. Sous leur action la vessie se remplit plus rapidement et déclenche un besoin impérieux d’uriner.

Certaines activités comme le jogging peuvent accroître le risque d’incontinence féminine en soumettant la vessie à une pression qui entraîne des fuites passagères.
Le vieillissement aussi accroît le risque d’incontinence. Un affaiblissement de la vessie et des muscles qui l’entourent étant en cause.

Traitement

Les produits absorbants

Ils vous procurent une protection physique contre les fuites urinaires. Ils laissent pénétrer et retiennent l’urine afin de maintenir votre peau au sec.
Ils sont discrets et vous permettent de continuer à mener une vie active et sociale normale.

Les Traitements comportementaux

Une perte de poids, un surplus de poids et en particulier l’obésité peut jouer un rôle dans l’incontinence par la pression que la graisse excédentaire peut faire subir sur la vessie et les muscles qui l’entourent.

Les dispositifs médicaux ; catheters, dispositif intra-urétral.
Les médicaments

Les antispasmodiques, notamment les anticholinergiques et les relaxants des muscles lisses, exercent une action calmante sur la vessie. Ils ont un effet décontractant sur le muscle lisse de la vessie mais ils préviennent les contractions ou spasmes de la vessie.

Les solutions chirurgicales

Une intervention chirurgicale pourrait être conseillée à certaines personnes pour résoudre leur problème d’incontinence.

 

Cliquez ici pour consulter tous nos thèmes Santé.